sculpteur contemporain Suisse

J'aime travailler la terre, le marbre, la porcelaine, le bronze mais je travaille aussi les résines... Ma sculpture est un compromis entre l'abstrait et le figuratif, entre le rêve et la réalité, entre la douceur des lignes qui appelle la main et cette terrible tension sous-jacente.

Principales Expositions:
Bâle - Paris - Milan - Barcelone - Monaco - Rotterdam.

Retrouvez-moi sur:

QUELQUES MOTS SUR CE QUI INSPIRE MA DEMARCHE ARTISTIQUE

A la recherche d'instants d'éternité.

Je ne vous apprendrai rien si je vous dis que, si le temps en lui même est mesurable, la notion de temps, du temps écoulé, est, elle, très variable. Quand certains instants semblent durer des heures, certaines heures semblent n'avoir duré qu'un instant et d'autres semblent ne devoir jamais arriver.

Et puis, il y a ces quelques instants dans une vie, où le temps semble s'être comme arrêté, où il semble comme suspendu. Vous venez de vous arrêter, totalement pris dans la contemplation de… … Mais êtes-vous là depuis un instant ou bien une heure? C'est un instant d'absolu, en dehors du temps «normal», de la vie «normale». Il y avait l'avant, il y aura l'après et, séparé d'une frontière presque palpable, il y a «cet» instant, qui est comme une évidence. Cet instant absolu où tout est possible. Le meilleur comme le pire. Voici ce que j'appelle des «instants d'éternité».

Et, même si cela semble bien ambitieux, je voudrais arriver à vous placer, ne serait-ce qu'un instant dans cet espace d'absolu. Que vous vous perdiez dans la contemplation, ou plutôt l'appréhension de la sculpture. Qu'une relation se crée entre Elle et Vous, et cela, presque indépendamment de moi, l'artiste. Vous vous êtes arrêté à La contempler. Mais êtes-vous là depuis un instant ou bien une heure?

La vie, le mouvement, ce point où tout est possible.

Je travaille sur l'instant d'équilibre, ou plutôt l'instant de déséquilibre, l'instant où tout est possible. C'est le crayon en équilibre sur un doigt, tombera-t-il ou restera-t-il en équilibre? et Elle? la Sculpture, se retournera-t-elle vers moi ? ou au contraire me tournera-t-elle le dos? Est-elle douce? ou bien terriblement tendue? Est-ce un instant d'extase? de plaisir ou de douleur? Et d'ailleurs, cette sculpture, doit-elle être placée à l'horizontale ou à la verticale? sur fond noir ou sur fond blanc?

Et, ne sommes-nous pas, nous aussi, un peu comme cette sculpture? Jamais totalement bien ni totalement mal, jamais entièrement heureux ni entièrement malheureux. Dans les instants les plus beaux, il y a toujours derrière, le souvenir des moins beaux, et dans les plus tristes, il reste toujours une lueur. Nous sommes comme des funambules, et je voudrais que ma sculpture reste en équilibre sur un fil ténu d'émotion, de sensation, de mouvement…

C'est le vent dans les jupes de la Victoire de Samothrace, c'est le cri de Munch, c'est Saturne dévorant ses enfants, C'est le geste du Pierre de Wissant de Rodin, cette main suspendue dans l'air pour l'éternité. Mais c'est aussi le genou du Moise de Michel Ange, prêt à reprendre son chemin après un fugitif instant de repos. Arriver à capter cet instant en mouvement, cette illusion ou idée de mouvement. Ce geste, cette expression qui n'est pas encore «ici» et qui n'est déjà plus «là».

Le Temps, l'Art.

Oui, peut-être est-ce simplement que la notion de temps m'obsède… car je ne la comprends pas tout à fait. Qu'est-ce que «dans 5 ans»? cela semble si loin du réèl... Et, pourtant je considère le temps comme un outil, outil pour cicatriser ses blessures, pour élaborer, pour comprendre, pour apprendre aussi.

Je passe et repasse cent fois sur la même courbe, aujourd'hui que la terre est mouillée, dans 2 semaines quand elle sera sèche, dans 2 mois sur la céramique définitive, m'arrêtant car j'ai enfin trouvé «La» courbe, tendue comme une corde, ou douce comme un sourire. Il faut s'arrêter! elle vibre maintenant! et pourtant demain, il me semblera que j'aurais pu aller plus loin.

Plus loin, toujours plus loin car, n'est-ce pas la vocation de l'œuvre d'art que d'arriver à créer une connexion entre elle, l'œuvre, et le «je-ne-sais-quoi» qui fait que nous soyons des êtres humains, qui nous rassemble et va au-delà de la science? L'Art, c'est quand l'œuvre vit de façon presque indépendante à l'artiste, quand une relation se crée entre l'œuvre et celui qui l'approche, sans que soit nécessaire une explication, une entremise quelconque.

C'est quelque-chose qui se passe entre Vous et Elle.

Qu'en pensez-vous?